Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Mar

Léopold Rabus

Publié par Bé@  - Catégories :  #Arts

Léopold Rabus

Depuis la fin du mois dernier et jusqu'au 3 mai 2015, Le Carré Sainte-Anne de Montpellier expose et met en scène des toiles choisies de Léopold Rabus. Le Carré Sainte-Anne est un espace que la ville a dédié à l'art contemporain et plus précisément une église à l'origine du XIIIe siècle mais rebâtie d'abord au XVIe siècle puis en 1846, quand la ville l'exproprie pour la reconstruire totalement, à l'aide d'une souscription publique, car de multiples lézardes faisaient craindre le pire pour l'édifice religieux.

Voyons ce peintre suisse, Léopold Rabus, et ce qu'il expose ici.

Détail de "La Brise"

Détail de "La Brise"

Non, ce n'est pas l'auto-portrait de l'artiste ; lui n'a pas plus de 38 ans !

Léopold Rabus

Des poules. Pourquoi des poules ? Les volatiles se dirigent vers un halo de lumière, dans un décor à la Friedrich, ce romantique allemand que Dali affectionnait particulièrement (il avait d'ailleurs repris, quelque cent ans plus tard, sa "Femme à la fenêtre" en 1925). Une gardienne m'explique que Léopold Rabus est né en 1977 à Neuchâtel, où il vit toujours, et qu'il a grandi dans une ferme, ce qui aurait généré son amour de la basse-cour. Mais ceci n'explique pas tout. Rabus est, à ce que l'on m'a dit, un artiste emblématique de sa génération en Europe, notamment du fait de son désir de systématiquement préparer des installations en même temps que ses toiles. Des installations, ici plus ou moins modestes, comme cette arche de foin au-dessus de brochettes de sel rose et de calcium, que l'on a l'habitude de donner à lécher aux ruminants pour leur éviter des carences en minéraux essentiels. L'arche est elle-même surplombée par les arcs doubleaux et clés de voûtes de l'église qui n'abrite plus d'autres volatiles que quelques anges invisibles à l’œil nu.

L'arche de foin dans l'église

L'arche de foin dans l'église

 

 

La visite est une expérience qui nous amène à modifier notre regard premier sur les toiles de ce Léopold si particulier. Le traitement de la lumière fait penser aux clairs-obscurs de Caravage ou de Georges de la Tour. Contrastes appuyés. Les sujets, humains ou animaux, semblent au bord de la mutilation et cette mutilation est infiniment intériorisée. Des marques en sont les témoins, tel ce pis de vache planté à 4 mètre du sol et d'où ruisselle un fin rai d'eau éclaboussant du sel compacté. Le cycle est souligné, comme un retour de la nature morte à ce qui aide la nature à vivre. Des symboles éparpillés pour nous faire ressentir comme notre existence est vaine en même temps que constructrice. Contraste encore, donc.

 

 

Les bougies

Les bougies

 

 

Léopold Rabus a pu ici exprimer son univers mental à travers l'étendue de sa palette consciente et inconsciente. La variété des formats et des volumes, l'appropriation d'un lieu qui fut dédié au culte catholique et dont ne subsiste que la façade de son ancien orgue, ce lieu muté et amputé, la pénombre et le bruit de goutte à goutte qui s'étire dans le temps feutré, tout cela participe à faire de cette exposition un événement unique et fort où je vous recommande de faire un petit détour car vous ne serez pas déçus.

Les œuvres du jeune Léopold Rabus sont exposées parmi les plus grandes collections suisses et internationales comme le Museum zu Allerghieligen Schaffhausen, Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel, le Gemeentemuseum de la Haye, le MUDAM de Luxembourg, ou encore le MONA de Tasmanie en Australie, mais aussi au sein de collections privées (Anna et Michel Haas à Berlin, Olbricht à Essen...).

Commissaire d'exposition : Numa Hambursin (visites commentées sur rendez-vous).

Carré Sainte-Anne

2 rue Philippy - Montpellier "Ecusson"

Tél : 04 67 60 82 11

www.montpellier.fr - Entrée libre

Ouvert tous les jours sauf lundi de 10h à 13h et de 14h à 18h

Commenter cet article

biker06 18/03/2015 16:24

Bon, ça n'a pas voulu me laisser finir la phrase.....
Il y a la collection d'agrumes...
bizz
Pat

biker06 18/03/2015 16:23

Hello Bea
Ce soir, je mets le second article des tribulations d'un citron en Chine...... Tu peux prendre autant de photos que tu veux.
Comme je le dis dans mon article, l'exposition au jardin Bioves est seulement une petite partie des festivités. Il y a tous les Corsos et les visites chez les producteurs. Enfin, dans la Palais Carnoles, il y

Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.