Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Apr

Conflits d'intérêts

Publié par Bé@  - Catégories :  #Santé

Longtemps qu'on nous parle des conflits d'intérêts entre les laboratoires et les instances sanitaires et gouvernementales. Vous avez certainement gardé dans un coin de votre mémoire le refus de Mme Bachelot, lors de la "crise" du vaccin H1N1, de donner les noms des "conseillers" consultés dans son cabinet avant de prendre la décision d'une distribution-vente en grand nombre dudit vaccin, avec alerte sanitaire en grande pompe. Et vous n'avez pas oublié non plus qu'elle avait caché avoir travaillé en tant que conseillère médicale pour un laboratoire. La transparence n'est pas de mise, on dirait, dans les milieux politico-médico-financiers.

 

Que nous apprend l'affaire Cahuzac, qui fait grand bruit ? Qu'un ministre de notre gouvernement a souhaité mettre des ressources financières à l'abri de nos regards et du Fisc. Mais quelle peut en être la raison ? Nombre de journalistes affirment haut et fort  que tout ou partie des 600.000 € ainsi cachés dans un coffre helvétique proviendrait de paiements de l'industrie pharmaceutique dans les années 90, lorsqu'il était consultant pour des laboratoires. Son avocat a reconnu en tout cas qu'une partie de ce pactole provenait de ce travail.

 

pharmasous.jpg

 

L'ancien ministre du Budget a notamment été mis en examen mardi pour "blanchiment de perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la Sécurité sociale". Ce qui rappelle au passage que cette chère Sécu -c'est-à-dire nous- a participé à l'embonpoint des actionnaires de cette entreprise et du lobbyiste, comme c'est souvent le cas avec l'industrie pharmaceutique. L'examen a pour but de savoir si M. Cahuzac a voulu masquer l'origine de fonds provenant d'éventuels avantages indus touchés dans le cadre de son activité de consultant.

 

De 1988 à 1991, M. Cahuzac a été conseiller technique au ministère de la Santé de Claude Evin. Il a, à ce titre, participé à la politique du médicament visant officiellement à réduire les dépenses de santé. En 1992, J. Cahuzac ouvre son compte en Suisse, dont le contenu sera transféré, en 2009, vers Singapour. En 1993, il crée son cabinet de Conseil où il est missionné en tant que consultant pour l'industrie pharmaceutique, c'est-à-dire pour du conseil en lobbying et exploitation de brevets. Nous ne connaissons pas les bénéfices politiques que M. Cahuzac a tiré de cette activité, qui n'a en soi rien d'illégal. Certains politiques demandent malgré tout des éclaircissements sur les bénéfices politiques tirés par M. Cahuzac de ses relations avec l'industrie pharmaceutique. Michel Gonelle, un ancien adversaire politique, a affirmé avoir été "stupéfait par les largesses dont il bénéficiait."

 
Je vois que tout cela ne vous émeut guère. Certes, vous avez déjà compris la puissance de l'industrie de la santé, celle côtée au CAC40. Vous pensez sûrement aux scandales du Vioxx, des Statines, de Diane35, du Médiator, et j'en passe. Nous somme déjà habitués à servir de porte-monaie aux financiers du médicaments et aux hommes politiques qui ont choisi de bénéficier de leurs largesses. Mais il n'y a pas que du côté politique que les poches sont bien garnies. Regardez l'Agence sanitaire nationale, l'ANSM : 2 de ses dirigeants ont récemment été mis en examen pour conflits d'intérêts. Un nouveau texte prévoit même de signaler les intérêts des uns et des autres avec les laboratoires, MAIS PAS DE LES ERRADIQUER. Il faut bien lire entre les lignes.

 

Et puis, on trouve également un nombre substantiel de médecins, hospitaliers ou privés, qui ont profité ou profitent encore qui de cadeaux sympathiques, qui de petites conférences au soleil pendant un weekend, tout frais payés, qui d'un déjeuner ici, d'un avancement, d'une aide personnalisée. Le tout est d'être prêt à prescrire ce qu'on veut qui soit prescrit, quels qu'en soient les effets. Et pour les scientifiques qu'y s'y prêtent, de rédiger un rapport sur un médicament en n'écrivant rien sur ce qui peut fâcher. Les commissions qui délivrent les AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) se baseront sur ce rapport, payé par le laboratoire qui souhaite l'AMM. Amusant, non ? Heureusement, tous les médecins et les scientifiques ne rentrent pas dans ce système, loin de là. Mais ceux qui le font n'ont pas toujours conscience que ce qu'ils font n'est pas éthique voire dangereux pour la santé d'autrui. C'est ça, le pire.

 pharmagun.jpg

 

J'en ai oublié ? Ah oui : les étudiants en médecine ! Que font donc pour eux nos chers laboratoires de pointe ? Ils leur apportent une aide substantielle via un séjour d'étude à leurs frais, par exemple. Ou des outils de travail, comme des livres ou des revues. Des soirées, des cocktails. Tout en assénant leur vérité : nos médicaments ont tellement peu d'effets indésirables qu'on serait bien bête de ne pas les essayer sur les patients. Bien sûr, certains patients seront réticents, mais ne vous en faites pas, nous avons prévu le cas et nos moyens financiers nous permettent d'affronter toutes les médisances avec sérénité. Nous serons derrière vous...

 

Comment ?... Le milieu de l'Education Nationale ? Non, ce n'est pas possible ! Et pourquoi donc ? Une source de diffusion directement par les professeurs ? L'info viendrait des médecins eux-mêmes, puis les profs la balanceraient aux parents ? Quelle bonne idée ! Et pas besoin de les soudoyer : de bons argumentaires bien travaillés et bien rôdés feraient l'affaire. Beaucoup sont tellement naïfs. Tenez, pourquoi ne pas lancer de grandes campagnes d'information pour mettre en avant des symptômes chez les jeunes élèves, quelque chose de courant, comme cela ce sera bien rentable. Voyons.... que diriez-vous de l'instabilité, hmmm ? Un bon truc, ça, non ? Ca peut toucher les professeurs... Ou alors les difficultés de concentration. Tellement courant en bas âge que nos actionnaires pourront dormir sur leurs deux oreilles dans leur cabine privée pendant que les boîtes de stupéfiants sortiront des officines. Oui, les stups, vous avez essayé ? Non ? Ca fait un effet boeuf. Mais on ne va pas lancer sur les toits que ce sont des substances dangereuses et puis leurs noms seront anodins. Des morts ? Des schyzos ? Qui pourra prouver que ça vient de la boîte ? On aura qu'à dire qu'ils avaient une pathologie sous-jacente qui nécessitait justement le traitement, qu'est-ce que vous en dites ? D'ailleurs, c'est ce qu'on dira aux prescripteurs, tiens ! Allez, nous allons commencer par diffuser dans la presse et inciter les médecins qui nous soutiennent à éditer sur le sujet, avec nos arguments. Merci pour l'idée ! Encore une petite coupe ?

 pharmababe.jpg

 

Commenter cet article

vivrenchine 10/04/2013 05:40

Bonjour Je te souhaite un très bon mercredi Nos amitiés bises Qing&René Ps : le blog va être en pause du 11 au 17 pour cause de voyage. Les billets sont programmés

Bé@ 10/04/2013 17:25



Alors bon voyage à vous deux ! Bises.



biker06 08/04/2013 18:00


Coucou Bea


A ma connaissance Non ! Mais si je viens a savoir , je communiquerai le lien .... Qui ne fonctionne pas pour l'instant !


bizz


pat

Pascal Djemaa 07/04/2013 21:16


Bonne soirée, j'espère que tout va bien pour vous. Au plaisir de se recroiser sur mon blog ou le vôtre ! Pascal.

cafardages 07/04/2013 07:32


parfaitement vrai et accablant !

vivrenchine 07/04/2013 03:47

Bonjour Bé@ Je te souhaite un très bon dimanche Nos amitiés bises Qing&René

Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.