Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Jun

Forêts coloniales

Publié par Bé@  - Catégories :  #nature et compagnie

J'ai discuté un peu, lundi soir à une réunion FCPE (fédération de parents d'élèves) avec un chercheur du CIRAD, centre de recherche en agronomie. Le sujet : la recherche sur le bois, sa spécialité.

Comment ne m'étais-je pas doutée que des ingénieurs se penchaient sur les qualités physiques de cet élément ici, à Montpellier ? Ces recherches visent au partage des connaissances et à mieux gérer la biodiversité de notre planète.

Le bois est avant tout une matière vivante du grand domaine végétal, exploitée ici et sauvage là. Au passage, je m'en sens très proche, étant, d'après l'horoscope chinois, chien de bois (quoique lion chez nous). Sans lui, serions-nous ici ? Lui qui nous a chauffé et protégé pendant des millénaires. Ci-dessous, l'idéogramme désignant le bois.

nullCe chercheur passionnant a parlé de l'origine de ce pôle du CIRAD, mentionnant l'oeuvre du Centre des Forêts Coloniales. Et puisque je le mentionne, autant citer l'oeuvre forestière coloniale d'André Bertin. C'est en effet à cet ancien Conservateur des Eaux et Forêts, mort en 1956, que nous devons l'introduction des bois coloniaux africains en France. C'est que la guerre de 14-18 avait bien dévasté nos pauvres forêts. André Bertin participa à la création du Laboratoire des Bois coloniaux de Nogent-sur-Marne, qui est à l'origine du centre technique forestier tropical actuel.

En 1916, à l'initiative du Général Chevalier, Inspecteur Général du Service des Bois, Bertin part pour une mission des ministères de la Guerre, de l'Armée et des Colonies. Objectif : prospecter dans les forêts de Côte d'Ivoire, du Cameroun et du Gabon afin d'estimer leurs richesses.

Des centaines d'espèces de qualités technologiques très variables furent alors répertoriées. D'autres études suivirent, en Guyane française, au Brésil et en Indochine, notamment. Nous nous sommes rendus compte bien plus tard de l'optimisme excessif quant à l'utilisation de la forêt coloniale. En premier lieu, il faut effectuer beaucoup d'essais en laboratoire et de tests pratiques pour apprécier véritablement la valeur d'un bois. On doit en comprendre chacune de ses propriétés physiques afin d'en optimiser l'utilisation : influence de la teneur en eau, de la minéralisation, contenu des cellules, densité, homogénéité, couleur, aspect, grain, hygrométrie et rétractibilité... Et puis, vous le savez, il est des zônes forestières qui doivent à présent être protégées après une surexploitation. Le "Commandant" Bertin, comme l'appellaient les forestiers militaires travaillant sous ses ordres, avait déjà conscience des questions de conservation.

 

L'ingénieur avec qui j'ai discuté entre deux verres de champagne dans un gobelet de plastique, était passionnant, mais hélas la discussion a dû être interrompue par le gardien du Lycée qui allait fermer les portes. J'ai juste eu le temps d'apprendre que le bambou, par exemple, n'est pas très intéressant d'un point de vue écologique dans la mesure où son utilisation pour des produits domestiques, comme pour les planches à découper, par exemple, nécessite un apport approximatif de deux tiers de résine d'origine pétrolière.

Pour ceux qui s'imaginent que nos réunions sont toujours "arrosées", détrompez-vous, les discussion de cette fin d'année se sont exceptionnellement terminées par un pot de départ de plusieurs membres efficaces du Bureau. Dont ce chercheur.

 

BIbliographie : La Revue "Bois et forêts des Tropiques", n° 51, de janvier-février 1959.

Commenter cet article

Dumnacus 14/06/2011 22:55



Belle promenade sur un site "totalement différent du mien" !


Joël



Bé@ 15/06/2011 11:39



Ah, Joël, il faut que je retourne voir le tien et que vivent les différences ! Et merci pour ta visite impromptue.
Bonne journée.



Joelaindien 10/06/2011 12:39



la 1e photo est très belle



Bé@ 11/06/2011 12:26



Je suis d'accord. Elle n'est pas de moi. Je crois que j'ai mis le lien sur le site d'où je l'ai extraite. Je vais vérifier.


Merci de ton passage et à bientôt, j'espère.



Labaronne 09/06/2011 22:52



c sympa ton blog (et oui il faut un jour dire la vérité) non sincèrement, j'apprends toujours quelque chose parce que chez toi il se passe toujours quelque chose et je me dis "vivement la fin du
boulot que je puisse aussi voir autre chose" - bisous et bonne soirée



Bé@ 11/06/2011 12:24



Oh mais que ça fait plaisir d'être ainsi encensée. Moi qui me disait que mon blog n'était pas très intéressant et surtout tellement décousu qu'il ne pouvait réellement intéresser que des gens un
peu fous comme moi !


Tu en as encore pour longtemps avec ton boulot ?


Bisous et bonne weekendation.



Norbert794 09/06/2011 19:12



Bonsoir Béa. Comme quoi, même les parents apprennent encore à l'école... lol Arrosez tant que vous le souhaitez, tant que vous ne vous mettez pas à boire du pétrole... lol Amitiés...



Bé@ 11/06/2011 12:22



Ah mais apprendre, on ne fait que ça toute notre vie durant. En tout cas j'espère. Boire du pétrole, tiens, ça me rappelle qu'il y avait un distributeur de bonbons dans la station de métro près
de chez moi quand j'étais petite, où l'on pouvait acheter des bonbons au pétrole. Si, si. Et j'en ai acheté avec mon frère. Le petit arrière goût de bitume est surprenant mais ils étaient
excellents ! Véridique.



Lizagrèce 09/06/2011 15:37



http://kafenio.over-blog.com/article-de-l-effet-deletere-du-surarmement-sur-la-dette-grecque-76161481.html


Voici le lien qui devrait fonctionner ainsi



Bé@ 11/06/2011 12:19



J'y ai été. C'est très instructif. Poly efkaristo.



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.