Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Apr

Inventaire du monde

Publié par Bé@  - Catégories :  #à lire - à voir

Inventorier le monde... une tâche qu'à choisi d'effectuer GILLES MORATON a sa façon.

D'abord, qui est GILLES MORATON ?

Le voici :

 

lectures-gilles-2.JPG

Vous avez le droit de cliquer sur la photo de l'inventeur de l'inventaire. Comme ça, vous arriverez directement sur son blog et vous ne comprendrez que ce que vous voudrez bien comprendre ou rien du tout (c'est selon, enfin, c'est vous qui choisissez). 

 

Vous ne le connaissez pas ? C'est peut-être que vous n'êtes pas venu au ZAT le week-end dernier. Le ZAT ? C'est l'acronyme de Zone Artistique Temporaire. C'est un moment - un long week-end - de spectacles de rues en tous genres dans un quartier de la ville (Montpellier). Le week-end dernier, c'était dans le chaleureux et historique quartier de Celleneuve. Monsieur MORATON était assis sur un bureau dit "Bureau de l'Inventaire du Monde", dans la cour de l'école maternelle Pape CARPANTIER (Marie Pape Carpantier était une pédagogue féministe humaniste qui a combattu les injustices sociales à la fin du XIXe siècle). C'est lui, GILLES MORATON, qui a entammé cet inventaire incroyable. Il n'a jamais traversé la Manche à la nage ni n'a jamais accompagné Miles Davies à la batterie, ni même ne parle le russe, ainsi qu'il le signale dans son "Autoportrait en creux", dans lequel il dévoile une facette cachée de sa personnalité : il n'aime pas les armoires vides dans les chambres d'hôtels. Vous pouvez vérifier : http://inventaire-du-monde.over-blog.com/pages/page_sans_titre--4884276.html

 

Presqu'en face de lui, derrière les spectateurs auditeurs, cette fleur parasite du platane :

 

arbre-a-fleur.JPG

 

COMMENT FONCTIONNE DONC L'INVENTAIRE ? Extraits du blog de GILLES MORATON :

 

CHAQUE CHOSE DU MONDE DOIT TROUVER SA PLACE ; TOUTE PLACE CONTIENT PARTIE DE TOUTES LES CHOSES DU MONDE

 

L'idée de Inventaire du monde trouve son origine, quelques années en arrière, dans les phrases suivantes :

 

[…] Ce texte cite « une certaine encyclopédie chinoise » où il est écrit que :

« Les animaux se divisent en :

 

a) appartenant à l'empereur,

b) embaumés,

c) apprivoisés,

d) cochons de lait,

e) sirènes,

f) fabuleux,

g) chiens en liberté,

h) inclus dans la présente classification,

i) qui s'agitent comme des fous,

j) innombrables,

k) dessinés avec un pinceau très fin en poils de chameau,

l) etc.,

m) qui viennent de casser la cruche,

n) qui de loin semblent à des mouches »

 

Dans l'émerveillement de cette taxinomie, ce qu'on rejoint d'un bond, ce qui, à la faveur de l'apologue, nous est indiqué comme le charme exotique d'une autre pensée, c'est la limite de la notre : l'impossibilité nue de penser cela.

 

Mais à quelle sous-classe appartient donc le chien rasta ci-dessous ?

 

chien-rasta-4.JPG

 

michel foucault, citant un texte cité par jorge luis borges

Les mots et les choses, 1966, Préface

 

 

104 - Classe des êtres humains - GEOGR. EUROPE

 

FADILA ET CHAWKI EMBARRECK : INCIDENT SURVENU AU MOIS D'OCTOBRE 2010 A LEUR DOMICILE, 27, RUE DES ALGORYTHMES POETIQUES, A MONTPELLIER, QUARTIER DE CELLENEUVE, REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON, FRANCE.

 

 

Madame et monsieur Embarreck sont propriétaires à Celleneuve d'un petit pavillon de 90 mètres carrés dans lequel ils ont fait naître et grandir leur famille. Le pavillon dispose sur l'arrière d'un jardin de quatre cents mètres carrés dans lequel monsieur Embarreck ne fait pousser que des fleurs car madame Embarreck adore les fleurs et monsieur Embarreck adore sa femme.

Au mois de janvier 2009 le couple a reçu la visite on ne peut plus officielle de gens venus depuis la lointaine mairie leur annoncer qu'une troisième ligne de tramway allait être construite à Montpellier, que cette ligne desservirait le quartier de Celleneuve et surtout, surtout, qu'elle allait traverser, cette ligne, le jardin de leur pavillon.

Leur jardin.

Le jardin dont monsieur Embarreck a fait une perfection de jardin.

Plutôt vers le fond mais quand même.

En dédommagement ils recevront une somme calculée sur le prix moyen du terrain à bâtir de l'année, soit soixante quinze mille euros pour les deux cent cinquante mètres carrés de terrain amputé.

Chawki Embarreck n'est pas du genre râleur ni tempêteur, même s'il se dit que rien, aucune somme ne peut compenser la perte de la moitié de son jardin. C'est donc avec une certaine résignation qu'il voit arriver les tractopelles et les excavatrices. Avec nostalgie qu'il voit peu à peu son jardin avalé par les bouches des monstres mécaniques – en allés les rosiers, envolés les parterres fleuris, arrachés les lavandes et les hortensias.

Le 20 octobre 2010, en pleins travaux, ce sont cette fois des policiers qui viennent sonner à la porte du pavillon. Les ouvriers du chantier ont découvert des ossements humains dans leur jardin.

Monsieur Embarreck ne comprend pas le terme « ossements humains », ou plutôt préfère ne pas comprendre.

Des gens, dit un des policiers, des os de gens. Il y a deux personnes enterrées dans votre jardin depuis longtemps. On peut supposer qu'elles ont été assassinées et enterrées là pour ne pas qu'on les découvre.

Un instant monsieur Embarreck pense aux centaines de roses qui ont poussé au dessus de ces morts et il en est heureux, il éprouve soudain une grande joie intérieure, une grande fierté, car ces gens ont eu la plus belle tombe qui se puisse imaginer, constamment soignée, entretenue, fleurie, et tout ça grâce à lui, Chawki Embarreck.

Le procureur de Montpellier a ouvert une enquête, reprend le policier, et jusqu'à nouvel ordre, les époux ne doivent pas quitter Montpellier sans autorisation.

« Et où voulez-vous qu'on aille, déclare monsieur Embarreck, le plus loin qu'on a été dans notre vie c'est à Perpignan, pour aller voir des cousins de ma femme. »

Une semaine plus tard, l'officier de police se présente à nouveau au pavillon : après analyse il s'avère que les ossements découverts remontent à plus de cinquante ans en arrière, bien avant, donc, que la famille Embarreck s'installe ici, ce qui, bien entendu les met hors de cause.

 

Le soir, tandis que tous deux s'assoupissent doucement devant la télé, monsieur Embarreck déclare à sa femme :

« Heureusement qu'ils sont vieux ces os, parce qu'avec le nom qu'on a, on était bons. »

 

... Tiens, je vois que GILLES MORATON a écrit un livre sur la Chine. Ca m'intéresse.

 

chine-moraton.jpg

 

Hmmm ! Il faudra que je le lise, celui-là...

 

Commenter cet article

patriarch 12/04/2012 07:08


Belle journée avec bises de nous deux

Bé@ 12/04/2012 19:29



Je vous retourne les miennes avec le vent qui viendra de la mer.



Corinne 11/04/2012 23:36


Ici à Port-Louis nous avons en mai un festival des Arts de la Rue qui rencontre un succés grandissant d'année en année (11ans) il y a des spectacles formidables, de tous les styles et peut-être
qu'un jour j'y verrai avec plaisir cet homme !


 


Dis moi l'histoire de la fin est vraie ou pas ? Même si elle ne l'est pas, c'est le genre d'histoire qui peut arriver tous les jours !


Bizh géniale Béa


Corinne

Bé@ 12/04/2012 19:28



Eh Eh, l'histoire n'est pas vraie, mais presque. Une partie l'est (la construction de la ligne 3 qui passe à Celleneuve). Gilles Moraton a beaucoup d'imagination et sait camper un tableau avec sa
petite morale vite percutante. On s'y croirait. Il écrit justement des histoires qui pourraient arriver tous les jours, des drames de la vie quotidienne, avec un esprit léger mais qui touche au
but, cela vaut la peine d'aller sur son blog en lire quelques unes. Mais son inventaire est aussi plein de loufoquerie comme j'aime.


Bonne soirée.



mounic 11/04/2012 21:26


ce Biker, tout de même! quelle vedette! j'ai bien aimé l'histoire "d'os" du jardinier et de son épouse qui aime les roses! heureusement qu'il n'y a pas de ligne de "koikessesoi" de prévue dans le
mien! sinon, j'installe un bazooka! bisous du soir , pleins de mistral! mémé

Bé@ 12/04/2012 19:25



Ah oui, tu as vu ça !


Ca me rappelle un peu la chanson de Dutronc "C'était un petit jardin".


Bisous du soir, espoir.



biker06 11/04/2012 19:47


Hello Bea


Je suis en train de suivre Montpellier-Marseille ... et si Montpellier devenait champion de france, ce ne sera pas une invention de Gilles Moraton ! hi hi hi


bisous


pat

Bé@ 12/04/2012 19:22



Tu crois ça eh bien détrompe-toi, ce serait bien encore une de ses inventions. C'est qu'il en a, là-dedans ! Tout comme toi, d'ailleurs !



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.