Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 Jan

Invictus

Publié par Béa  - Catégories :  #à lire - à voir


Cet après midi, après avoir fait un saut au Salon Créativa, où Aline et Jef ont présenté leur savoir faire calligraphique et "enluminique", je suis allée voir INVICTUS au cinéma avec des amis. Vous n'échapperez ainsi point à quelques commentaires sortis du coeur :

1. Le thème : Rien à dire. Du solide. On adhère. L'ère post-apartheid menée par Nelson Mandela nouvellement élu et surtout la fresque symbolique de la bataille "arc-en-ciel" (pour ne pas passer d'un racisme anti noirs à un racisme anti blancs) par le biais du rugby, qui était le sport national de l'Afrique du Sud "blanche" et donc ignoré globalement par les noirs, qui lui préféraient le fouteballe.

2. Les acteurs : Ah, très bien ! Un Morgan Freeman assez convainquant en Mandela et des Springboks poussant des cris de boeufs et s'étripant sur le stade contre les All Blacks, comme en vrai. Bon, je ne suis pas trop fan de rugby alors j'ai trouvé qu'il y avait un peu overdose de gros plans de mélées. Et puis je n'ai pas compris pourquoi Eastwood n'a pas voulu insérer de vraies images du match.

3. La façon : De bons gros bons sentiments. On dirait un conte particulièrement angélique dans lequel se tapit trop bien toute ombre d'amertume profonde, d'injustice ou de trace de sang. Tout le monde il est beau... trop beau pour être vrai. Franchement, je m'attendais à quelque chose de plus brillant de la part d'un Clint Eastwood porté aux nues par certains critiques. Là, de finesse point, mais des clichés répétitifs, servis à la sauce de la bonne conscience. Et pas vraiment de suspense puisqu'on connaît l'issue du match qui fut joué il y a déjà 15 ans.

4. Le titre : Là, je dis "bien vu !" Ca, c'est du titre. Le titre d'un poème de William Ernest Henley que Monsieur le Président a gardé au fond de lui pendant ses longues années de détention au bagne de Roben Island. 

Il est dit que ce poète anglais, mort en 1903, avait inspiré le personnage de Long John Silver de "L'Ile au trésor" de son ami Robert Louis Stevenson car, atteint d'une tuberculose osseuse à l'âge de 12 ans, il dut être amputé d'une jambe. Ces deux écrivains collaborèrent d'ailleurs sur plusieurs pièces de théâtre. C'est en 1875, sur son lit d'hôpital, qu'il écrit INVICTUS (invincible) dont il disait qu'il était une démonstration de sa douleur après son amputation. Je ne peux pas ne pas vous en citer les vers :

Fichier:William Ernest Henley young.jpg

Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu d'opprobres et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombres
Les années s'annoncent sombres
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme.


Et dans le film Mandela le transmet à François Pienaar, le capitaine de l'équipe nationale, pour qu'il y trouve la force nécessaire pour son équipe lors de la Coupe du Monde de 1995 (qui a eu lieu au stade Ellis Park du Cap).

Un petit "trailer" ? Allez...


Et puis je vous livre avec plaisir, dans le même paquet pendant que j'y suis, l'hymne national depuis 1997, qui est en 2 parties et 5 des 11 langues officielles d'Afrique du Sud. Il commence par le magnifique et très émouvant " NKOSI SIKELEL' I AFRICA" (Dieu bénisse l'Afrique), hymne panafricain emblème anti-apartheid et intégré à l'hymne actuel, chanté ici en Xhosa, Zoulou et Sotho. L'hymne se poursuit par "Die Stem van Suid Africa", hymne national d'avant Mandela (1927), chanté en afrikaans et en anglais.
Le voici, chanté par l'équipe de rugby sud-africaine, la vraie :


Voilà.

Commenter cet article

Gene 09/02/2010 19:09


merci vraiment de ce bel article! bon on comprend que tu n'as pas été "convaincue" par le film, mais tu nous en parles, et tu le fais bien! je veux aller le voir, même si ... à bientôt Bé@! bonne
soirée!


mounic 31/01/2010 23:05


magnifique cet hymne:! et chanté avec le "coeur" !ça nous change....
je ne sais pas si je verrais un jour Invictus, mais tu nous en parles d'une fort belle manière! merci! gros bisous mémé


Béa 01/02/2010 09:31


Ton compliment me va droit au coeur et je suis contente que tu apprécies Nkosi Sikelel Iafrica; ce chant, avant d'être un hymne, me faisait monter les larmes aux yeux du temps où les noirs étaient
écartés du pouvoir et du droit.
Passe une douce semaine.
Bé@


Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.