Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Jul

L'ingénu

Publié par Bé@  - Catégories :  #à lire - à voir

Personne n'est parfait. Je n'avais pas lu L'INGENU de VOLTAIRE. Voilà qui est chose faite, grâce à Mathieu, qui m'a prêté son livre. Au fait, vous vous rappelez du prénom du grand homme ? François-Marie. AROUET de son vrai nom. Pourquoi s'est-il fait appeler Voltaire ? Voir en bas de l'article. Ce philosophe emblématique de la France des lumières s'est toujours battu contre l'extrémisme religieux et prônait la tolérance et la liberté de pensée. Engagé au service de la vérité et de la justice, c'est en 1767 qu'il publie son INGENU. Son livre-pamphlet sera retiré de la vente par ordre de la police et Voltaire niera à ce moment en avoir été l'auteur.

lingenu.jpg

L'INGENU est une fable morale éclairée à la lumière du mythe du "bon sauvage", cher à MONTAIGNE et DIDEROT. L'histoire de ce Huron (amérindien natif du sud de l'Ontario au Canada) qui se retrouve confronté à la société française du XVIIème siècle nous montre une façon d'appréhender d'un oeil critique et candide à la fois les "bonnes" manières et les coutumes des cléricaux bien en place qui faisaient les bonnes moeurs de l'époque. Cousin de CANDIDE, mais avec également une affinité avec les LETTRES PERSANNES de MONTESQUIEU, L'INGENU utilise l'ingénuité pour démasquer l'hypocrisie des prélats et du pouvoir en place.

VOLTAIRE critique l'abus de la bonne chère dans le clergé, de même que l'ignorance du bas-clergé incapable de répondre ici aux questions du Huron relatives à différents passages de la Bible. Sa critique atteint jusqu'à l'évêché et la papauté. L'auteur évoque les jésuites qui, certes, possèdent un certain niveau de science, mais s'avèrent surtout de remarquables opportunistes. Que dénonce-t-il d'autre ? La mise au couvent des filles rebelles (ici la "fiancée" de l'Ingénu). Mais aussi et peut-être surtout la révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV. VOLTAIRE raconte l'état de persécution où sont contraints les protestants, l'exil forcé de nombre d'entre eux, qui les conduit à devenir les ennemis de leur propre patrie. Il dénonce encore l'utilisation des femmes de chambre pour espionner leurs maîtresses et une forme de délation sous la menace feutrée. Il pointe du doigt les intrigues et les décisions aléatoires qui se font à partir d'objets de jouissance. C'est à cause des Jésuites et de leur désintérêt pour la vérité ou la justice que le Huron se retrouve emprisonné au fond d'un cachot.

Ce jugement sévère, mais écrit légèrement, d'un dogme devenu autoritaire et abusif n'empêchait pas notre sieur VOLTAIRE de croire en Dieu. Néanmoins, des relents d'inquisition et de Saint Barthélémy ont dû lui remonter à la gorge tel un met aigre qui ne peut rester dans l'estomac et notre grand philosophe termine en citant un général byzantin du nom de Bélisaire : "La vérité luit de sa propre lumière et on n'éclaire pas l'esprit avec les flammes des bûchers". Phrase que je ferais volontiers mienne. Pas vous ?

Aditionnel : A propos de Huron présenté à la Cour de France, il y en eut bien un, en vérité et c'est probablement son histoire qui inspira cette fable-pamphlet à François-Marie AROUET. Sur le site LE GUICHET DU SAVOIR, j'ai pu retrouver sa trace.

Dans le n° 435 de la revue HISTORIA de février 1983, nous pouvons lire un article intitulé "DES SAUVAGES A LA COUR" et en p. 116 : "Un Huron nommé Savignon aurait été présenté à la Cour de France ainsi qu'au petit Louis XIII." Le site propose l'extrait suivant :

[i]"Il en vint encore dans les premières années du XVIIIe siècle avec Champlain. Un jeune Huron, nommé Savignan, ayant été échangé contre un jeune français, qui devait partager l’existence de sa tribu, fut présenté en 1610 au petit Louis XIII et passa quelques semaines à Paris. C’était, nous dit-on, un « gros garçon robuste, lequel se moquait voyant quelquefois deux hommes se quereller sans se battre, ou tuer, disant que ce n’étaient que des femmes et n’avaient point de courage ». Au retour, en 1611, Savignon, que l’on avait cru mort, se loua auprès des siens des bons traitements qu’il avait reçus en France « et des singularités qu’il avait vues, dont ils entrèrent tous en admiration ».[/i]
Il s'agirait donc de Louis XIII et non de Louis XIV. Savignon passa alors l'année 1610-1611 en France, ce qui correspond à l'assassinat du roi de France Henri IV (1553-1610) , en 1610 et le début de la régence de Marie de Médicis (1573-1642), son épouse. Le petit Louis XIII est alors âgé de neuf ans (1601-1643). Louis XIV n'a donc pas pu y assister puisqu'il est né en 1643, d'autant qu'il est le fils de Louis XIII... Nous n'avons trouvé aucun événement similaire durant le règne de Louis XIV.

Concernant le nom de plume choisi par F.-M. Arouet : VOLTAIRE, beaucoup ont pensé qu'il s'agissait d'un anagramme plus ou moins compliqué de son nom (là, j'ai un doute). Une possibilité plus réaliste : qu'il ait inversé les deux allophones du nom de la ville des Deux-Sèvres d'où sa famille était originaire : AIRVAULT, tout en en simplifiant la graphie : VAULT / AIRE > VOLT AIRE. Plus vraissemblable, vous ne croyez pas ?

 

Commenter cet article

Labaronne 24/07/2012 22:41


bon le vrai nom de Voltaire, j'avais imprimé mais j'avoue que l'ingénue je n'ai pas lue et bien je vais le faire - bizzz Béa

Bé@ 25/07/2012 10:07



Ah non, Martine, il ne s'agit pas de l'ingénue avec un "e", mais bien d'UN ingénu, ce qui change tout. D'une ingénue, ont peut imaginer une connotation sexuelle mais ici, il s'agit plutôt de
politique et en particulier de politique religieuse. Car Voltaire, qui avait été élevé chez les Jésuites de Louis-le-Grand, en a conçu une rare aversion. C'était un homme droit et juste comme les
hommes en place n'apprécient guère et essaient de faire taire. Taire, Vol Taire. De père notaire. Ce dernier fait penser à du franglais "No taire", c'est à dire "ne pas taire", exactement ce que
faisait ce François-Marie Arouet, de famille issue de la ville d'Airvault (Aire Volt). En tout cas rien à voir avec Alessandro Volta, qui donna son nom à une unité de force électromotrice et de
tension électrique et inventa, en 1800, la pile électrique, si chère à Gilbert Bécaud !!



biker06 24/07/2012 16:40


Hello Bea


Dire que c'est ce pauvre Huron que l'on traitait de sauvage ... quand il est arrivé en france pendant le regne de ce roi sans soleil , il a du se dire qu'elle peuple de cinglé !


Je n'ai aucune idée du prenom de Voltaire ... Oui je sais , je suis impardonnable , pourtant c'est une icone de la litterature française.


bisous


pat

Bé@ 25/07/2012 09:58



En réalité, le Huron en question avait été présenté à Louis XIII et non Louis XIV. J'ai rajouté deux paragraphes à mon article, dont un concernant cette visite et un autre sur le choix du nom de
plume de Voltaire.


Pour ce qui est de son prénom, tu l'aurais vu en lisant la phrase suivante : il s'agit de François-Marie (AROUET de son vrai nom de famille). Je suis aussi impardonnable que toi culturellement
parlant, puisque je n'avais pas lu cet ouvrage qui fait pourtant référence.


Bisous.



dany 24/07/2012 16:03


aujourd'hui repos, aprés avoir eu trés chaud le feu était à 6kms de chez moi, hier soir nous étions envahi par la fumée une horreur ouf le calme revient bisous

Bé@ 25/07/2012 09:54



Hello Dany,


J'ai vu des videos qu'ils ont passé à la TV des fuyards descendant vers la mer et comme je suis déjà passée sur cette route, je vois très bien la difficulté et l'horreur de la chose. Comme je te
l'ai dit, j'ai moi-même déjà fui dans un incendie et j'avoue que j'en transpire de terreur lorsque je vois des images du feu et que j'imagine les gens dans la fournaise et même dans la fumée
épaisse et les braises projetées à des centaines de mètres à la ronde. Alors je compatis sincèrement.



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.