Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Jan

La Calligraphie Libre

Publié par Béa  - Catégories :  #Calligraphie

shan ch 1Photo : J.Y. TENAUD, Le Monde, 2006

 

SUN Shanshan*, fondateur de la « Calligraphie Libre », est né le 5 juillet 1968 en Chine. A l’âge de 5 ans, il s’initie à la calligraphie, suivant le souhait de son père, Xianliao, lui-même maître calligraphe, qui désirait que son fils suive ses traces. A 8 ans, Shanshan obtient le 1er prix de calligraphie du Sichuan dans la catégorie "juniors".

 
Ci-dessous, de haut en bas : Shanshan âgé de 3 ans, avec sa grand-mère Yue Xiu/Parfum de Jasmin, avec sa famille (son grand frère Jian Jun, sa soeur Xiao Wei/rose du matin, sa mère Zhu Yuomei/amie des fleurs de Prunier, lui-même à 2 ans et son père Xian Liao/Image aboutie), puis son père et sa mère ensemble.

gm et shan 3 ans

famille nbavec soeur sepia
Pour ses 11 ans, sa mère lui offre un coffret de peinture et c’est pour lui un souvenir impérissable.

Il est alors très attiré par la peinture occidentale ; Cézanne et Delacroix font partie de son univers passionnel. Grâce à Chen Yifei, un ami peintre renommé, il est recommandé auprès du talentueux Wang Long Sheng, avec qui il travaille durant cinq années, tout en continuant la calligraphie. Plus tard, il découvre avec admiration la peinture des impressionnistes français et les poèmes de Rimbaud, Baudelaire et Verlaine.  (Baudelaire d'après Ernest Pignon-Ernest).

  Lorsqu’il atteint ses 17 ans, il rencontre Maître Deng DaiKun, qui dirige l’Institut de Calligraphie de Chengdu, puis, à 20 ans, il écrit une thèse sur le poète et calligraphe de la dynastie Tang (618-907), Li He.

 
Ci-dessous : Maître Deng DaiKun à Chengdu.

deng daikun
C’est en 1992, après avoir présenté sa thèse sur le rythme de la mélancolie de la poésie de Charles Baudelaire que Shanshan s’installe en France, à Saint Mandé. Cette période signe pour lui la croisée des cultures chinoise et française. 
 
Ci-dessous : calligraphie libre de Sun Shanshan représentant Charles Baudelaire.shan baudelaire bols
En 1996, il tient une conférence à la Sorbonne sur la calligraphie chinoise libre. Selon la tradition chinoise, la calligraphie est l’art de bien écrire les caractères. Pour Shanshan, cette définition est trop restrictive et il s’affirme dans ce nouveau mode artistique qu’est pour lui la Calligraphie Libre. A mi-chemin entre calligraphie et peinture, elle est faite de souffle, d’esprit, de force et d’inspiration ; c’est en quelque sorte « de la calligraphie sans caractères ».


Ci-dessous : calligraphie libre de Sun Shanshan intitulée "Montrer". 
montrer 1

Arrivé à Montpellier en 1997, Shanshan crée et dirige l’antenne française de l’Institut de Calligraphie chinoise de Chengdu.

Ci-dessous : sa compagne  Pauline et sa mère Zhu Yuomei à l'Institut de Calligraphie de Chengdu à Montpellier lors d'une exposition d'oeuvres de cette dernière en 2009.

z y et pauline
En 2002, il rencontre le calligraphe de renommée internationale Zen Leide. Considéré comme un précurseur, celui-ci participe à un happening extraordinaire en Grande-Bretagne : en même temps que l’orchestre national britannique joue, Zen Leide trace ses traits au sol avec un immense pinceau et le son qu’il produit est capté par des centaines de micros et ainsi intégré à l’orchestre. Zen Leide lui propose d’exposer ses œuvres de Calligraphie Libre à Pékin, ce qu’il fait un an plus tard, au Musée des Beaux Arts. 
 

Depuis, Sun enchaîne les expositions. En 2005, FR 3 lui consacre un reportage, filmé par Alexandre Joannides : « Shanshan Sun au Lac du Salagou », où il dit ses poèmes sur une musique de Max Greze.

Shan au Salagou030
Il publie des ouvrages poétiques, parfois en collaboration avec d’autres artistes peintres, sculpteurs ou céramistes. Il expose aussi des oeuvres d'autres artistes.

Ci-dessous, de gauche à droite : dessin à l'encre de Chine de Wei Dai et peinture traditionnelle de fleurs de pruniers de sa mère Zhu Yuomei, lors de son passage en France en 2009.

Wei Dai 2  
fleurs 1
* L’usage chinois veut que l’on inscrive le nom patronymique (nom de famille) avant le ou les prénoms.

 

Commenter cet article

meng 09/10/2011 00:47



Désolée, y a plus de photos....???



mounic 08/01/2010 20:53


quelle merveille,même si on ne comprend pas l'écriture , qui est en elle même un fabuleux dessin! je trouve le portrait de cette jeune femme d'une finesse incomparable! tu vois que tu ne mets pas
de des billets d' "horreur"!!!hi hi! c'est toi qui le dit! pas moi! je dirais plutôt que tu traitais de la triste réalité! bisous de mémé


Béa 11/01/2010 15:54


Ah, Mounic, j'adore ta capacité à t'émerveiller comme une petite fille. Tu sais, SUN Shanshan est mon Maître de calligraphie et je trouve que j'ai de la chance de pouvoir travailler avec une
telle personnalité. Ce n'est pas donné à tout le monde.
Passe une bonne semaine et réchauffe-toi bien. Bizoux. Bé@


kahouette 08/01/2010 19:05


Bonsoir Béa ! la calligraphie est un Art que j'aime bien. On peut admirer tant de belles choses dessinées et écrites. Une de mes aminautes en fait, tu pourras admirer son oeuvre dans le bandeau
droit de mon blog (cadeau de Dany). C'est mon prénom...elle est très douée, j'admire ces artistes qui font ça...Quelle patience ! Merci pour toutes ces infos intéressantes, je te fais un gros
bisous et te souhaite un bon WE au "païs", ici il neige affreusement...Tendres pensées :o)


Béa 08/01/2010 20:28


Bonsoir Kahouette ! Tu sais, il ne fait pas très beau ici non plus et en plus la neige ne tient pas. Je vais regarder ton prénom calligraphié par Dany.
Très bon ouikende à toi aussi et profite des bonnes charcutailles de ton coin. Biz. Bé@


Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.