Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 Aug

Le "bon" lait, un mythe ?

Publié par Bé@  - Catégories :  #Santé

Que nous évoque le lait ? La douceur, la pureté, le calcium et surtout un aliment essentiel pour la santé, n'est-ce pas ? Pour ce qui est de la douceur et du calcium, nous avons tout bon. "Essentiel pour la santé", là, nous avons sans doute de quoi mettre un bémol.

 

Plusieur décennies déjà avant ma naissance, les industriels des produits laitiers ont introduit leur façon de présenter le lait tant dans le secteur des médias en général que celui de la recherche ou de l'éducation. On nous a mis dans la tête que le lait et ses dérivés étaient bons pour notre santé, voire indispensables. Les instances dites de surveillance, de contrôle et d'information des données le concernant ont toujours été issus de ce même milieu laitier. Etrange, non ? En tout cas, pas très sérieux...

 

verre-lait.jpg

 

Cette industrie extrêmement florissante et lucrative n'a eu de cesse de bien utiliser toutes les formules de marketing, des plus ouvertes aux plus sournoises. Ainsi apprenons-nous que l'industrie laitière a infiltré la plupart des organismes officiels de communication et/ou de recherche sur les rapports entre la nourriture et la santé. Dans son livre "Lait, mensonges et propagande" Thierry Souccar, responsable des questions de santé et nutrition pour Sciences et Avenir et membre de' l'Américan College of Nutrition, on peut lire que dans notre pays, cette industrie "assure une large part du financement de l'Institut Français pour la Nutrition, une structure très influente auprès des pouvoirs publics, qui organise, entre autre, des colloques sur le rôle des aliments transformés sur la santé". L'auteur ajoute que "les grands de l'industrie laitière ont aussi fondé leurs propres "conseils scientifiques", qui communiquent ensuite les messages des producteurs et distributeurs de lait, sous une forme très "officielle" au grand public, aux médecins et conseillent même les organisations de santé nationales et européennes, ce qui est le cas du Centre de Recherche et d'Information Nutritionnelles, un leurre : chaque année des journalistes et jusqu'à la Commission Européenne, ont été persuadés que le CERIN était un organisme officiel."

  

Thierry Souccar indique égalament, sur un site "véganiste" (je n'en suis pas) que "la direction du Programme National Nutrition Santé, une émanation des ministères de la Santé, de l'Education Nationale et de l'Agriculture, a été confiée en 1999 à un médecin siégeant à l'Institut Candia. Dès l'année suivante, le PNNS se fixait comme objectif prioritéaire "d'augmenter la consommation de calcium" ches les Français, en consommant notamment "trois produits laitiers par jour"... Le scandale du conflit d'intérêt, révélé en 2007... a poussé le "premier responsable de la nutrition française" à renoncer enfin à siéger chez Candia."

 

lait-vache-lol.jpg

 

Mais ce n'est pas tout : "En 2005, sur les 29 membres du comité d'experts en nutrition humaine de l'Afssa (Agence Française de Sécuirté Sanitaire des Aliments), c'est-à-dire le comité chargé de conseiller les Français sur leur alimentation, 20 avaient des liens de collaboration avec l'industrie laitière. 13 de ces experts travaillaient avec Danone. Le Président du comité siégait au conseil scientifique de Nestlé France."

 

Le lait de vache est bien évidemment parfait pour son petit, le veau, mais il n'est pas fait pour l'être humain. Le lait de chaque mammifère est spécifiquement adapté aux besoins particuliers de chaque espèce. On ne voit nulle part dans la nature un animal donner du lait d'une autre espèce à son petit, de même que les petits ne continuent pas à boire du lait après la période de sevrage. Le lait de vache est extrêmement plus riche que le lait maternel humain ; il permet au veau de décupler son poids de naissance en 1 an. Lorsqu'on sait que plus de 75% de la population mondiale est intolérante au lait de vache, on comprend mieux. Celui-ci élève le cholestérol snaguin et les graisses dans le sang, il contient 300 fois plus de caséine que le lait maternel humain. Cette caséine est une colle puissante qui encrasse l'organisme de façon considérable.

 

Pour ce qui est de notre vision angélique de la "pureté" du lait, on repassera : en plus de la graisse, du cholestérol et de la caséine, ce dernier contient des bactéries, des antibiotiques et même du pus ! Le rythme de production d'une vache laitière est devenu dingue : jusqu'à 10.000 litres par an. Les pauvres vaches à lait développent alors des mamites infections des pis) à répétition et lors de la traite le pus et les bactéries dans ce cas s'écoulent avec le lait. Beurk !

 

Pour essayer de contrôler les maladies et infections, de grandes doses d'antibiotiques sont données aux vaches (j'ai pu vérifier lorsque je travaillais pour Virbac, un grand labo pharmaceutique pour les animaux), qui finissent eux aussi dans le lait. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux conséquences d'une quantité d'antibiotiques trop élevée, que les chercheurs relient à une possible inhibition du développement du système immunitaire.

 

verres-lait.jpg

 

Selon Robert Cohen, biologiste-chercheur auteur de : "Milk, the deadly poison" (Le lait, poison mortel), le lait augmente les risques de cancers, favorise l'ostéoporose, et contribue aux maladies cardiovasculaires. Pas moins. Thierry Souccar lui aussi explique pourquoi la consommation de lait favorise le développement de nombreux cancers, notamment le cancer de l'ovaire et le cancer de la prostate" : ce serait à cause, entre autres, de l'IGF-1, bras armé de l’hormone de croissance, une substance qui stimule la prolifération des cellules cancéreuses".

  

Passons au "mythe" du calcium. Ce n'est pas que le lait n'en contient pas, ni que nous n'en ayons pas besoin, mais grâce au remarquable travail de propagande des puissants lobbies de l'industrie laitière, le lait et ses dérivés sont présentés comme les seuls aliments à contenir le calcium dont l'homme aurait besoin et il nous est suggéré que si l'on ne consomme pas réuglièrement de ces produits, on est enclin à développer un jour ou l'autre de l'ostéoporose et/ou d'autres problèmes osseux. D'après le site "veganisme.fr", "Contrairement à ce que l'on entend dire partout, le caclium contenu dans le lait de vache (et des autres animaux) n'est pas assimilé correctement par notre organisme. En effet, le lait est trop riche en protéines qui, pour être éliminées par le corps, obligent celui-ci à mobiliser son propre calcium ! Du coup, les produit laitiers sont eux-mêmes l'une des causes de l'ostéoporose." Un comble ! De plus, on sait que pour absorber le calcium, le corps a besoin de quantités de magnésium équivallentes. "Or il y en a très peu dans le lait de vache, ce qui contribue aussi à rendre le calcium du lait très peu assimilable par l'organisme humain".

 

vache.jpg

  

Mais où trouver alors le calcium dont nous avons besoin ? Eh bien, il n'est peut-être pas inutile de se rappeler que le calcium présent dans le lait de vache provient des végétaux qu'elle consomme. Pourquoi ne pas aller directement à la source, alors ? J'ai lu que les sources végétales de calcium étaient de meilleure qualité et mieux adaptées à notre organisme. Citons-en quelques unes : les légumes, surtout ceux qui sont verts et ont des feuilles (chou, brocoli, asperge, épinard, cresson...), les céréales, les oléagineux comme les noix, amandes et noisettes), les légumineuses, comme les haricots, les fruits secs, mais également les oranges, le persil, les graines de sésame, le tofu, l'eau minérale... N'oublions-pas que la plupart des sources végétales de calcium sont aussi d'excellentes sources de magnésium. Notons aussi que la vitamine D favorise l'absorption du calcium par le corps. L'exposition (raisonnable) au soleil en produit une dose intéressante. Mais il existe des compléments en ampoules ou en flacons qui peuvent être très utiles.

 

Après avaoir pris connaissance de tous ces arguments en défaveur du lait, je devrais certainement immédiatement arrêter ma consommation de produits laitiers, mais rien n'y fait : j'adore tellement le fromage et j'y suis tellement habituée que je me demande comment je pourrais m'en passer ! Pas vous ?

 

 

Commenter cet article

Aiolos 18/08/2012 16:21


Le lait une "sale vacherie"... A bientôt !

Bé@ 19/08/2012 14:55



Oui, mais en même temps, quel plaisir ! La vie est comme ça : nous sommes souvent attirés par ce qui peut causer notre perte. Enfin, pour l'instant je suis toujours là et grande consommatrice de
produits laitiers...



Dr WO 04/08/2012 16:12


Article intéressant, mais je crois que son contenu est aussi orienté que la propagande pour le lait. Si on le suis, le lait serait un poison. On peut donc s'étonner que la durée de vie continue à
augmenter justement dans les pays qui ont la possibilité d'en consommer sous toutes ses formes.


Dr WO 

Bé@ 13/08/2012 12:21



C'est vrai que c'est orienté, d'ailleurs je signale que la plupart des information proviennent d'un auteur VEGANISTE. Il y aurait du bouddhisme là-dessous que ça ne m'étonnerait pas. Pour ce qui
est de la durée de vie, je ne suis pas sûre que cela est quelque chose à voir avec le lait. En tout cas, l'industrie laitière a certainement de beaux jours devant elle avec de si habilles
lobyistes. Et peut-être tant mieux. Je ne vais pas m'arrêter de manger du yaourt, du fromage et de la crème fraîche pour l'instant. Trop bon. Et puis je suis en pleine forme ! A bientôt.



virjaja 04/08/2012 13:46


un moment j'ai testé le lait de soja et le tofu....je préfère m'empoisonner au lait et au fromage de vache  gros
bisous Béa. cathy

Bé@ 13/08/2012 12:23



Aaarrgghhhh ! Le lait de soja, c'est pas non plus mon truc. Mais j'ai trouvé certains tofus pas mal du tout. J'ai d'ailleurs posté une recette. Gros bisous et n'oublie pas ton parapluie !



Eglantine 03/08/2012 04:14


Se passer de fromage?ah non ! Ou alors il faudrait être allergique !! Et la vache avec son air interrogatif qui nous dit Ben alors?!!!!

Bé@ 13/08/2012 12:17



Trois fois non, tu as raison. Le fromage, c'est la palette des peintres gustatifs du palais imaginaire du facteur goût.



Labaronne 01/08/2012 22:34


le bon lait plein de bonnes (et mauvaises) bactéries, de microbes et même surement de crobes entiers, était celui que je buvais chez ma grand mère quand elle filtrait le seau de la traite pour le
mettre dans le bidon : il moussait était tiède et d'un gout que personne ne connait plus et n'a jamais rendu malade qui que ce soit, (sauf bien entendu ceux qui ne supportent aucun lait) - et
pour le fromage Béa, je suis comme toi, impossible de m'en passer et puis flute (suis polie tu remarques ?) dans un pays qui a autant de fromages que de jours dans une année...........autant se
pendre

Bé@ 13/08/2012 12:34



Mmmmhh ! Ton bon lait me rappelle celui que je buvais chez les Chautard, des fermiers à côté de notre propriété en Auvergne. Nous allions, enfant, chercher le lait tout frais (et tout chaud) avec
nos grands pot-à-lait et nous avions droit à quelques louches avant de repartir alourdis par les pots remplis. Je dois dire que je ne me passerais pas non plus de yaourt ou de crème. Sans lait,
la vie serait nettement plus fade ! Savoir que les lobyistes font du forcing et que je mange des antibiotiques en même temps n'y change rien (pour l'instant). Bisous.



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.