Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Apr

Légende tahitienne

Publié par Bé@  - Catégories :  #Balades

 

TAHITI. La seule évocation de ce nom nous fait rêver. On sent le sable chaud de la Polynésie, le tiaré, les cocos et les vahinés... Mais rares sont les "continentaux" à y avoir séjourné. C'est le cas de Carrina, mon binôme de formation. Si elle était là, à côté de moi, elle vous raconterait, c'est sûr, quelques anecdotes sur cet archipel où elle est restée pendant quelques années. Comme je suis curieuse, je me suis penchée un peu sur les croyances des îles tout là-bas.

 

Beaucoup de sites de l'archipel ont un passé empreint d'une mythologie locale. Tenez, prenez, par exemple, sur l'île de Niau, "Te Ana o Hono" (la grotte de Hono). C'est une grotte souterraine dont l'accès est très difficile. On raconte depuis toujours que qu'au décès des parents de Hono et de Tu, ces derniers entonnèrent un chant destiné à les encourager dans leur départ vers l'au-delà. Chacun d'eux partit sur un bateau. Celui de Hono se nommait "Mani" et celui de son frère Tu "Tohoranui". Une fois au large, Hono tomba à l'eau. Dès lors, les bateaux n'avancèrent plus et Tu lança une calebasse à Hono, Celle-ci lui servit d'abri et se rapprocha des bateaux, qui finirent par accoster sur l'île de Niau. Une femme entendit le chant d'Hono, par lequel il suppliait Teura de lui accorder ses faveurs. Hélas, celle-ci ne voulait rien entendre. Il finit un jour par quitter l'île, laissant pour Tu, qui restait sur l'île, des traces de son passage avec les empreintes de ses pieds et de la lance dans la terre.

 

tr8.JPG

 

La légende dit que "Tapua'e o Hono" est la trace du pied de Hono sur Varuhitua et qu'"Ana o Hono" est la trace du trou laissé par sa lance.

Source :"Récit de voyage de Hono et Tu, de Tahiti à Niau", Paul Niva, 2007. Photo : Béa.

 

Qui a entendu parler des "pierres de la mort" ? Cela ne vous dit rien ? Partons pour la "Pointe Tata'a". C'était jadis l'un des sites les plus vénérés de Tahiti. C'est de cette pointe rocheuse que les âmes des défunts étaient censés plonger dans l'océan pour atteindre, pallier après pallier, le paradis non pas terrestre mais océanique, situé au centre de la terre qui se trouve au fond des mers.

 

polynesienne.jpg

Après la mort, l'âme du défunt ou la défunte restait pendant quelques jours dans son corps. Certains disaient qu'ils pouvaient voir l'âme s'envoler. Cette âme, dûment protégée des mauvais génies grâces aux "uras" (protection vestimentaire ?), arrivait sur la colline de Tata'a, à Punaauia, pour retrouver toutes les âmes de l'île. Si l'âme se posait sur la pierre de vie (Ofa'i Ora), elle réintégrait son corps, mais si, au contraire, elle retombait sur la pierre de mort (Ofa'i Pohe), elle ne pouvait plus jamais se réincarner. S'ensuivait un périple sur un sentier qui se divisait en deux, une direction vers le paradis et l'autre vers le cratère de la malédiction.

 

Source : http://www.tahitiheritage.pf/

 

Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 15/04/2012 23:22


blog(fermaton.over-blog.com),No-25. - THÉORÈME YENAN. -  LE MONDE DOIT CHANGER ? C'EST MATHÉMATIQUES !

IMBERT JEAN CHRISTIAN 13/04/2012 20:40


Bonjour Béa


je vous remercie d'avoir répondu à mon mail concernant le cd rom sur La Route de la Soie. J'habite daNs le Limousin donc un peu loin de Montpellier !!! mais néanmoins je vais prendre contact avec
la médiathèque ou vous l'avez emprunté ... on ne sait jamais....jen'ai pas retrouvé les coordonnées de l'éditeur qui ne semble plus exister. Merci encore pour votre sympathique réponse.


Bien cordialement


JC IMBERT

Bé@ 15/04/2012 12:52



Je vous en prie, Jean-Christian, cela me fait plaisir. J'espère que vous obtiendrez satisfaction. Mais ne vous mettez pas martel en tête, il ne s'agit que d'un petit CD rom plutôt ludique.


Bonne journée.



mounic 06/04/2012 20:11


en réponse à ta question, Bernard Gavoty était un excellent musicien, qui tenait les grandes orgues à Notre Dame, à Paris; également critique musical, fils de Raymond Gavoty, propriétaire du
Domaine de Camp d'humy ches nous, qui a obtenu le classement des vignes Varoises en Cotes de Provence; la propriété est toujours dans la famille.Je crois que c'est la fille ainée de Bernard
Gavoty qui est à présent la maîtresse des lieux.voilà! merci pour ta belle légende Tahitienne! Bonnes fêtes de Pâques! gros bisous mémé

Bé@ 07/04/2012 16:35



Un puits de savoirs en tous genres, voilà ce que tu es. Merci pour ces précisions. Maintenant que tu l'écris, je me souviens qu'il existe (ou existait) une salle Gavoty à Paris où l'on pouvait
entendre des concerts classiques. J'ai lu également qu'il avait été titulaire des grandes orgues de St Louis des Invalides à Paris (en 42) et critique musical au Figaro, sous le pseudo de
"Clarendon". Je comprends pourquoi les cuvées du Domaine de Gavoty ont des noms comme "récital" ou "mélopée"... ou "Clarendon" !


Passe de très heureuses fêtes de Pâques. Gros bisous.



Dr WO 06/04/2012 19:29


Toutes les croyances sont des gestions de la mort.


Dr WO

Bé@ 07/04/2012 16:36



J'en suis également persuadée, Doc. Passez une bonne soirée.



tinon 06/04/2012 07:57


Bonjour, bea, me voici, pour te souhaiter un bon vendredi, une bonne fin de semaine, un bien agréable week-end de
Pâques, au plaisir, bisous d'amitié de marseille.



Bé@ 07/04/2012 16:38



Merci, Tinon, pour ces jolis oeufs. J'espère que tu passes aussi de très agréables fêtes de Pâques. Je voulais passer à Marseille (ma mère a un cabanon au vallon des Auffes), mais les événement
en ont décidé autrement. Je vais rester chez moi pendant que Jean-Luc Mélenchon attirera les foules sur le Prado.



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.