Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 May

Les disques aux rayons X

Publié par Bé@

En entrant dans le hall du nouveau bâtiment des archives départementales de l'Hérault (Pierresvives), hier, je suis tombée en arrêt sur une étrange photo. Je vous fais profiter de cette découverte.

 

Appelés "bone records" outre Atlantique, les "Roentgenizdat" sont un support inatendu pour l'enregistrement de musique. Vers la fin de la 2e guerre mondiale, le vinyl, qui était utilisé pour les disques, s'est trouvé particulièrement difficile à se procurer et donc coûteux. Mais de petits fûtés trouvèrent une alternative aux galettes de vynil ou aux plateaux de cire : les radios médicales !

 

dique-xray2.gif

Vous ne me croyez pas ?

Pourquoi des plaques de radios aux rayons-X ? Outre le fait qu'elles étaient bon marché (il s'agissait de recyclage avant l'heure), celles-ci présentaient l'avantage d'être suffisamment épaisses pour la phono-gravure.

 

En Union Soviétique dans les années 1950, la demande s'est accrue, ce qui est dû au fait que les produits en général étaient de plus en plus rares et chers et que la musique était un bon moyen pour oublier les tensions politiques du moment.

 

De jeunes soviétiques, étudiants en ingénierie pour la plupart, ont alors réalisé qu'ils pouvaient dupliquer des disques en utilisant des phonographes reconvertis et en créant une impression sur des plaques de radios mises au rebut, ces dernières étant vendues trois francs six sous par les hôpitaux. Les machines à graver pouvaient produire sur ces supports des sonorités rythmiques quasiment indétectables. Ce n'était pas difficile ensuite de couper le contour des disques à l'aide de vulgaires ciseaux.

 

Ces disques sont peu à peu devenus populaires dans le milieu underground soviétique. Appelés "rock on bones" (rock sur des os) ou "rok na kostiakh", ou encore, "rock on ribs" (rock sur des côtes), ils étaient de piètre qualité et facilement cassables mais d'un coût infime (1 à 2 roubles), ce qui représentait à l'époque l'équivalent de bons alimentaires pour une journée pour un foyer moyen. Revers de la médaille : ces disques, qui faisaient entendre de la musique de l'Ouest, étaient totalement prohibés. Quiconque était trouvé en possession de l'un d'eux était passible d'une amende de plus de 3000 roubles.

 

disque-xray-tournant.gif

La censure:

 

A la fin de la guerre, Staline tenta de se débarrasser de l'influence américaine sur la civilisation soviétique. Sa première cible : le jazz américain.

 

Des artistes comme John Coltrane

 

ou Thelonious Monk

 

n'avaient pas droit d'écoute à l'Est. En 1954, la censure toucha le rock-and-roll naissant ; le "Rock Around the Clock" de Bill Haley était présenté comme un "danger pour la civilisation". C'est en 1958 que le système de presse des "bone records" fut découvert par le gouvernement de Staline et pointé comme illégal.

 

 En 1962, un journal lituanien commenta ainsi la musique des Beatles et d'Elvis Presley : "Ces perles de la culture occidentale font partie de la politique d'Etat impérialiste de masse qui promeut les instincts animaux basiques et amollissent l'esprit." De même, en 1961, un journal est-allemand critiqua le "Twist", affirmant qu'il était "utilisé par les impérialiste ouest-allemands pour rallier les jeunes à la guerre." (Ce type de musique était utilisé par les militaires américains pour booster leurs troupes à l'étranger).

 

 Mais ce n'est pas uniquement les disques qui furent censurés par le gouvernement soviétique : des groupes de rock furent interdits et des concerts mis à sac. Une force de frappe dite des "music patrols" (patrouilles de musique) fut mise en place par le gouvernement en 1959 afin de contrôler l'activité musicale illégale et la plus grande production de "roentgenizdat" disparut la même année.

 

Sources :

http://cultureandcommunication.org/deadmedia/index.php/Bone_Records 

et exposition à Pierresvives, Montpellier (mai 2013)

"La censure" : traduction d'un extrait de :

http://cultureandcommunication.org/deadmedia/index.php/Bone_Records

Photos :

http://showcase.thebluebus.nl/music/various-projects/bone-records

"Bone-records" encore en vente :

http://wanderer-records.com/wanderer.php?keyword=film&media=flexi

 

Commenter cet article

eglantine 29/05/2013 01:18


Ton billet est vraiment intéressant Bé@!!On apprend tous les jours!!!

Dr WO 28/05/2013 16:27


Article intéressant, d'autant plus que c'est une époque que j'ai vécue.


Dr WO

virjaja 27/05/2013 10:28


ça, c'est os-riginal... les fille on 14 et 16 ans...alors il leur faut plage, boutique, etc.... gros bisous Béa. cathy

Corinne 26/05/2013 18:53


Inimaginable !!! Est ce que depuis tout a vraiment changé ?


Au fait miss Bé@ je t'ai mis un lien en commentaire sur ton dernier billet...


Bisous

Bé@ 27/05/2013 08:55



Oui, j'ai vu ton com, merci beaucoup. J'étais un peu buzzy en ce moment (recherche de job) alors je n'avais pas encore répondu. C'est réparé. Et puis vendredi, j'ai eu un entretien pour un
CDD intéressant ; j'espère que ça va marcher. J'attends un coup de fil positif.


Gros bisous



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.