Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Feb

Mon oncle d'Amérique

Publié par Bé@  - Catégories :  #à lire - à voir

 

Qui n'a pas vu "MON ONCLE D'AMERIQUE", le film d'Alain Resnais sorti en 1980 (Prix spécial du Jury de Cannes, Prix Fipresci, Prix de la critique internationale, Oscar du meilleur scénario -de Jean Gruault- en 81), a raté un petit chef d'oeuvre du genre. D'ailleurs, à ma connaissance, c'est le seul du genre.

 

mon_oncle_amerique.jpg

 

L'histoire est en réalité un montage de trois histoires. Chaucune de ces histoires illustre ce que le professeur Henri Laborit a expliqué sur le comportement humain.

 

Premier tableau : Jean, journaliste carriériste d'origine bourgeoise, abandonne sa famille pour vivre avec une comédienne, Janine, qu'il vient de rencontrer.

Deuxième tableau : la femme de Jean intervient et persuade la comédienne, qui est issue d'un milieu ouvrier, par un chantage au sentiment, de quitter Jean.

 Troisième tableau : Janine, travaille dans une entreprise où elle doit résoudre, en tant que conseillère, le cas délicat du directeur de l'usine.

 

Ce que nous voyons à l'écran n'est pas simplement l'histoire telle qu'elle est contée. C'est également la représentation mentale de chaque personnage, influencée par son vécu et par l'imaginaire qu'il s'est construit. Et c'est aussi, ce qui en fait la deuxième particularité, des images commentées d'expériences sur des rats.

 

mon_oncle_souris.jpg

 

Au début du film, le spectateur ne comrpend pas ce que les rats viennent faire au milieu, mais très vite, on se rend compte que les expériences comportementales qui sont menées sur eux font pendant aux comportements humains qui sont montrés dans l'histoire. Les théories exposées soutiennent que les actes accomplis par tout individu sont déterminés par le conditionnement de la petite enfance et par un système de frustrations/inhibitions.

 

Henri Laborit, dont les travaux ont inspiré Alain Resnais, était un biologiste et comportementaliste de la fin du XXe siècle. Il mit en avant les propriétés de certains psychotropes à des fins pharmacologiques. Selon Laborit, la seule raison d'être d'un être, c'est d'ETRE, c'est à dire de rester en vie. Il expliquait que pour rester en vie, l'homme devait consommer l'énergie solaire transformée par les plantes et donc se déplacer pour aller de plante en plante. L'énergie solaire se transforme, via les plantes, en matière vivante et animale. Pour se déplacer, l'homme a besoin d'un système nerveux qui lui permet d'agir sur et dans l'environnement.

 

mon_oncle_2.jpeg

 

Toujours selon Laborit, si l'action est efficace, il en résultera une sensation de plaisir. La pulsion des êtres vivants, qui leur permet de maintenir leur propre équilibre biologique, se résume, selon la théorie de Paul D. McLean, un neurobiologiste américain décédé en 2007, qui inspira les travaux de Laborit, en 4 bases essentielles, sur 3 niveaux cérébraux :

 

Un comportement de CONSOMMATION, qui assouvit des besoins fondamentaux : boire, manger, copuler (cerveau "reptilien"),
Un comportement de FUITE,
Un comportement de LUTTE,
Un comportement d’INHIBITION.

Ces trois derniers correspondraient au "cerveau limbique", celui de la mémoire, qui guide notre comportement de récompense (nous fuyons les expériences douloureuses et agissons pour trouver le plaisir). Lorsqu'aucune issue n'est possible, l'inhibition de l'action provoque un stress intense, déclencheur de troubles importants et de maladies.

Le "cerveau supérieur", le néocortex, qui est plus développé chez les humains que chez les autres animaux, nous fait associer des idées provenant d'expériences plus abstraites, mais n'est utile qu'à justifier plus ou moins verbalement nos comportements.

 

L'homme étant le produit de ses contacts avec les autres hommes, la non conscience du besoin de canaliser nos instincts de domination finit, selon le comportementaliste, par nuire à l'individu comme à la collectivité.

 

Commenter cet article

Jacquart 24/02/2012 14:50


Un véritable chef-d'oeuvre qu'est-ce film ! Il faut l'avoir vu absolument ! Merci Béa pour ce bel article !!!

Bé@ 27/02/2012 14:53



Salut,


Je suis contente que tu l'aies vu ; nous ne sommes pas si nombreux. Rien que pour son originalité, il mérite d'être vu. Peut-être qu'ils le passeront un jour sur le petit écran... A bientôt.



Miss Terry Traine 23/02/2012 00:51


Coucou Bé@,


Je te mets le lien d'un de mes article pour découvrir un peu le film (si il t'intéresse, tu trouveras pas mal de choses sur le net)


http://miss.terry.traine.over-blog.com/article-mystery-train-jim-jarmusch-92361627.html


Bises et bon jeudi :)

Bé@ 23/02/2012 13:41



Hello, Miss, je vais regarder. Merci pour le lien et bon jeudi aussi.


Bises.



Miss Terry Traine 20/02/2012 21:36


En fait, la base du pseudo est "Mystery Train" (film de Jim Jarmusch) et par jeu de mot, c'est devenu "Miss Terry Traine" car j'aime beaucoup trainer :p bonne soirée et semaine Béa
:)

Bé@ 21/02/2012 18:55



Hello Miss Terry. Je ne connais pas ce film et je n'avais pas fait attention au jeu de mot. Pas mal trouvé.


A très bientôt sans doute.



biker06 20/02/2012 07:54


hello bea





Aujourd'hui , j'ai mon blogopote breton à la maison , alors je vais lui faire visiter un peu la cote. Ce sera tres dur de la faire en deux jours , mais il y a la fete du citron à Menton
et le carnaval de Nice. Alors ce sera deja pas mal ! Bon ! je te laisse parce que l'on se prépare ....


bisous


Pat

Bé@ 20/02/2012 14:46



Tu lui feras déguster ton huile et le vin des amis ?


Carnaval du citron et fête des grosses têtes, c'est un programme qui devrait lui plaire. Profitez-bien.


Bisous.



le Pierrot 20/02/2012 06:04


Coucou du lundi béa, hier après midi photos du carnaval à Poussan, sympa, je ferai une note un de ces jours...et ce soir à 21h à celui de Pézenas...bise et bon lundi.

Bé@ 20/02/2012 14:44



Hâte de voir tes "notes". Amuse-toi bien.
Joyeux lundi à toi aussi.



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.