Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Aug

Oh boy

Publié par Bé@  - Catégories :  #à lire - à voir

24 heures dans la vie de Niko, c'est cela "Oh boy". Un film allemand qui est sorti en juin dernier et qui a otbenu 6 "Lola" (prix allemand) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jan Ole Gerster), meilleure musique, meilleur scénario, meilleur acteur (Tom Schilling, qui joue Niko) et meilleur second rôle (Friederike Kempter). Thomas, qui m'avait recommandé le film, est venu le voir avec moi au petit cinéma de quartier à Celleneuve.

 

 

affiche-ohboy.jpg 

Sur fond de musique jazzy enjouée, Niko, 28 ans, déambule dans Berlin au gré des événements qui l'emportent ici et là dans un monde en noir-et-blanc. Cela commence par un café qu'il n'arrive pas à prendre après que sa copine l'ait quitté ; elle en avait marre de son je m'enfoutisme. Effectivement, rien ne semble vraiment l'atteindre, il est comme étouffé par un mal-être diffus mais comme dans une bulle protectrice. Niko a arrêté ses études sans le dire à ses parents mais en profitant de la manne qu'ils lui versent régulièrement. Pour autant, ce n'est pas un mauvais bougre. Juste un peu trop laissé à lui-même sans but, sans motivation. On n'arrive pas à voir ce qui peut si ce n'est le passionner, du moins l'intéresser un tantinet. Ah si, le théâtre, peut-être. Mais son intérêt s'arrête lorsque le rideau tombe. Chez lui, c'est à croire que chaque effusion ne peut que retomber comme un soufflé qui refroidit.

 

Au fil des rencontres de la journée dans ce road movie microcosmique, Niko se rend compte que les gens qu'il cotoie ont tous une névrose ; il se persuade qu'en réalité, c'est lui, avec son regard personnel, qui fait que ce monde est tel qu'il est, étrange et plutôt hostile. On le croirait sous l'emprise de sédatifs tellement il semble étranger à lui même et à toute réaction émotionnelle. Se refusant inconsciemment à entrer dans une compréhension uniforme du monde qui l'entoure, Niko a du mal à comprendre que la vie ait un sens et surtout quel sens. Pourtant, il est là, prêt à aider ou accompagner celui ou celle qui se sent trop seul, comme lui. Il réalise peu à peu que l'espèce humaine est un conglomérat de personnes seules qui essaient de trouver des âmes-béquilles pour tenir le coup. Sa dernière rencontre éphémère, avec le fils d'un ancien nazzi, lui laisse un goût amer : la vie ne serait-elle qu'une succession de sentiments et de réactions essentiellement égocentrés ? L'histoire ne semble retenir que ce que la politique souhaite qu'on en retienne. Le drame devient comédie et la comédie se transforme en drame... et Niko n'aura pas pu boire sa tasse de café ! Amer tout de même...  

 

 

 

 

Commenter cet article

Zazou 24/08/2013 16:45


Un peu plus d'un an que je suis pas aller au cinéma mais j'espère y retourner quand mon cinéma de quartier réouvrira ses portes à la fin des vacances et selon les programmations. Bel après-midi,
bizzz

Bé@ 26/08/2013 15:04



Je suis sûre, Zazou, que tu trouveras de quoi te faire plaisir en te cultivant. Profite bien de ta rentrée.



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.