Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Jul

Pas de place pour l'immortalité

Publié par Béa  - Catégories :  #à lire - à voir

Folio édite des petits ouvrages étonnants. Par exemple, je viens de lire "De la mort", de Wang Chong - traduit du chinois et annoté par Nicolas Zufferey.

Wang-Chong.jpg

Wang Chong était un grand penseur du Ier siècle de notre ère, pendant la Dynastie impériale des Han (206 avant J-C. - 220 après). Fonctionnaire de métier, sa vie fut relativement effacée. Sauf qu'il écrivit les "Discussions critiques", dont sont extraites les pensées de ce petit recueil qui traite 85 sujets sur des thèmes qui faisaient débat dans la Chine antique. Certains y voient à présent une sorte d'Encyclopédie de la pensée et des mentalités de l'époque Han. 

 

L'auteur est polémique (il fut, d'ailleurs, stigmatisé pour avoir osé s'en prendre à Confucius et aux ancêtres) et sa pensée est rationnelle à un tel point qu'il peut paraître "autiste" pour certains - il est connu que l'autisme renforce l'esprit d'observation et de rationnalisation jusqu'à effacer toute trace de subjectivité, et parfois même de sensibilité ou d'émotion. 

 

"De la Mort" est une étude philosophico-matérialiste. J'ai beaucoup aimé la façon de Wang Chong de démontrer que les fantômes n'existent pas. Certains passages sont assez amusants. Jugez-en par cet extrait :

 

"Si l'homme peut parler, c'est grâce à la force de ses fluides, et la vigueur de ceux-ci dépend de la nourriture et de la boisson qu'il consomme. Lorsque la nourriture et la boisson manquent, les fluides vitaux s'affaiblissent, la voix se casse, et lorsqu'on est épuisé à ne plus pouvoir manger, on ne peut plus parler du tout. La mort étant un épuisement total des forces, comment les morts seraient-ils capables de parler ?

 

"A quoi l'on me rétorque que les morts sont capables de parler parce qu'ils se nourrissent des effluves des mets qui leur sont donnés en offrande. Mais les fluides subtils des morts ne diffèrent pas de ceux des vivants. Or, si un homme vivant ne mange pas et se contente d'inhaler des effluves de nourriture, il meurt de faim dans les trois jours !

 

"Les fluides des morts sont plus spirituels que ceux des vivants, voilà pourquoi les morts peuvent parler en ne se nourrissant que d'odeurs", me rétorque-t-on."... " Les morts ne se transforment pas en fantômes, ils ne sont pas doués de connaissance, ils ne peuvent pas parler : ils sont donc incapables de nuire aux vivants."...

 

Nicolas Zufferay, le traducteur et annotateur, dans le chapitre "Pour des funérailles simples" nous apprend que les Chinois ont de tout temps eu l'habitude de funérailles très dispendieuses, d'abord parce qu'ils croient à une vie après la mort (Confucianistes et moïstes -disciples du penseur Mo Di ou Mozi, 370 av. J-C.- d'après l'annotateur, ont laissé croire que les morts se transformaient en esprits ou en fantômes), durant laquelle le défunt aurait besoin de vêtements, d'objets, de nourriture (les tombes en sont pleines), et ensuite par une forme de piété filiale, qui souvent laissait la famille sans ressources. Certains sages, à l'instar de Wang Chong, incitent à des funérailles simples et à l'économie dans les dépenses.

 

Commenter cet article

Mikael 08/07/2010 12:59



Moi je crois que ça me ferait surtout rire un entassement de sophismes pareils. Certes, il a raison de critiquer les funérailles dispendieuses... Mais bon, j'ai une certaine expérience de
l'au-delà ; ne serais-ce que par ma mort clinique déjà ; mais aussi par des constats dont, certes, il faut avoir été témoin pour l'admettre (mais j'suis pas tout seul, loin s'en faut !), que je
ne puis réduire les choses à de simples raisonnements intellectuels avec lesquels on peut démontrer n'importe quoi. L'expérience est de toute façon individuelle, la sienne comme la mienne, et je
ne doute pas que le bouquin, d'un point de vue documentaire et historique, soit passionnant.


Comme disait Bouddha :


"Fais ta propre expérience"






Béa 08/07/2010 20:29




Me plait bien, ce com. Oui, les sophismes de Chong sont souvent tordants, mais tellement significatifs d'une époque. Je suis
contente d'avoir au bout du blog quelqu'un qui a eu l'expé de mort clinique. Tu as sûrement posté des trucs dessus. Je vais vite aller "chez toi". Et comme disait Bouddha : "Ce n'est pas le but
en soi qui importe, c'est la voie pour y arriver".


Bonne soirée et à bientôt, j'espère.



biker06 08/07/2010 10:32



Hello Bea


Je suis au brunch maintenant. Je te souhaite une bonne journée 


Si si l'immortalité avec le portrait de dorian gray ! hi hi hi


bisous


@ + Pat



Béa 08/07/2010 20:24



HHelloJ'en suis au dîner, les pieds dans l'eau. Je te souhaite une très bonne
soirée. A +



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.