Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Jun

Tanzin Gyatso

Publié par Bé@  - Catégories :  #orient et zen

Vous le connaissez plus souvent sous le nom que nous lui donnons en France : le Dalaï Lama. "Dalaï" veut dire "océan" en mongol, soit "gyatso" (rgya mtsho en Tibétain),  "Lama" vient de "Bla Ma", qui veut dire "maître spirituel" (guru en sanscrit). Et lorsque nous parlons du Dalaï lama, nous faisons référence à TENZIN GYATSO, 14ème de la descendance de ces moines tibétains à "bonnets jaunes" de l'une des 4 écoles du bouddhisme, qui date du XIVe siècle. Il est né le 6 juillet 1935 dans le petit village de Takster.

Les disciples de cette école considèrent chaque Dalaï Lama successif comme un maître spirituel réincarné, un boddhisttva qui suit le chemin et respecte strictement les disciplines pour éveiller les autres en avançant soi-même sur la voie de Bouddha.

lama-tenzen-bebe.jpg

Lorsqu'un Gyatso ou Dalaï lama s'éteint, les moines et maîtres spirituels, dont le "Panchen", grand érudit et lui-même réincarnation d'un maître, se mettent en route pour rechercher sa réincarnation. Et s'est ainsi qu'il fut fait pour TENZIN. De même, lorsqu'un Panchen lama disparaît, c'est le Dalaï lama qui engage les recherches pour trouver sa réincarnation, ce dernier étant 2e au rang hiérarchique. Parmi les signes de reconnaissance d'un maître réincarné, outre les annonces des oracles, on présente les possessions du précédent Dalaï lama parmi d'autres possessions et le vrai maître doit pouvoir les reconnaître, se souvenant de ses vies passées et du noms de ses hauts dignitaires. Tenzin (on écrit aussi Tenzen) vivait dans une maison de boue sans siège ni lit; il n'avait pas tout à fait 3 ans lorsque les émissaires envoyés à sa recherche l'ont identifié puis emmené au palais bouddhiste de Lhassa, le fameux "Potala" (lamasserie).

Le Palais du Potala fut la résidence principale des Dalaï lamas successifs depuis le XVe siècle, jusqu'à ce que Tenzen Gyatso parte pour l'Inde en 1959. Le premier palais fut construit en 637 par le roi tibétain Songtsen Gampo, en guise de cadeau pour son épouse, la princesse Wen Cheng de la dynastie Tang de Chine.

Mao-et-Tenzin-Gyatso-1954.jpg

1949 : Mao Tse Tung ou Zedong arrive au pouvoir en Chine. Il nie les revendications d'indépendance du Tibet affirmées en 1913 et y envoie des troupes militaires en 1950, âge où Tenzin Gyatso, l'actuel lama supérieur, devient chef du gouvernement tibétain. Durant 9 ans, ce dernier essaie de trouver une solution pacifique aux dissensions avec la Chine, qui fait détruire les monastères un peu partout et emprisonner des moines, mais il est finalement contraint à la fuite en Inde, à Dharamsala, pendant l'invasion de la Chine en 1959, qui continuait sa politique de colonisation. Il met alors en place son gouvernement exilé. tenzen-couleur.jpg

En 1976, il lance un appel aux Nations Unies pour la restauration de l'indépendance du Tibet. En 1979, Deng XiaoPing réaffirme que la Chine considère le Tibet comme une province chinoise et ne veut pas entendre parler d'indépendance. Le Dalaï lama, dit "Rinpotche" (le précieux) ou "sa Sainteté", indique finalement qu'il n'est pas contre une autonomie du Tibet au sein de la République Populaire de Chine. Depuis 2002, des discussions par émissaires ont débuté entre les représentants de la Chine et du Tibet mais sans aboutissement à ce jour.

A 76 ans aujourd'hui, le 14e Dalaï lama tibétain est toujours en exil.  Il n'est jamais revenu au Tibet depuis 1959 et déplore la disparition progressive de la culture de son pays.

La Chine a décrété que le prochain Dalaï lama naîtra en Chine et sera choisi par la Chine, mais le "Rinpotche" a répondu que : "Si la situation présente du Tibet reste la même, je renaîtrai hors du Tibet, loin du contrôle des autorités chinoises...il est logique que je renaisse en exil, pour continuer mon travail inachevé". Des rumeurs courrent selon lesquelles, en 2007, deux moines bouddhistes du monastère de Tashilhunpo au Tibet se seraient suicidés suite à une campagne d'exclusion mené par des officiels chinois. Ces deux moines, qui ont participé à la reconnaissance du onzième panchen-lama, Gendhun Choekyi Nyima, pouvaient être amenés à reconnaître le prochain Dalaï lama.

 

A tous ceux qui s'intéressent à cette culture, justement, je ne saurai que recommander la lecture du livre d'Alexandra David-Néel "Une Parisienne à Lhassa" où l'auteure raconte son entrée à Lhassa en 1924 après un long et rude périple au "pays des neiges" en nous imprégnant de la vie spirituelle et des coutumes des Tibétains. Un manuel français de géographie de 1924 note que le Tibet est une dépendance de la Chine sous suzeraineté britannique. Toujours est-il qu'il était à ce moment quasi impossible d'entrer à Lhassa. Alexandra David-Néel a écrit d'autres livres retraçant sa quête spirituelle se mêlant à ses périgrinations physiques. Cette femme d'exception, qui fut la première femme à être nommée lama au Tibet, vint finir ses jours à Digne, avec son fils adoptif, moine tibétain lui aussi, où un Musée lui est consacré.

Voyage d'une Parisienne à Lhassa : A pied et en mendiant de la Chine à l'Inde à travers le TibetLien sur image : Musée Alexandra David-Néel à Digne-les-Bains

Commenter cet article

Jj 20/01/2012 21:04


merci pour l'info concernant le livre, je chercherai à le lire prochainement !


Jj

Bé@ 22/01/2012 19:06



Pas de quoi.
Tu dois bien avoir une bibliothèque dans ton coin ?...


Bises



biker06 26/06/2011 08:52



Hello Bea








Bisous


Pat



Bé@ 26/06/2011 11:36



All that glitters is not gold !!!


Have a nice day too !



rené 26/06/2011 08:35



bonjour
passe un très bon dimanche
amitiés rené



Bé@ 26/06/2011 11:34



C'est gentil, René. Passe aussi un excellent dimanche et attention aux coups de soleil. Je dis ça mais je ne sais pas où tu es en ce moment. En Chine ou en Belgique ?


Amicales pensées.



Armide + Pistol 25/06/2011 23:52



Un billet clair et concis pour situer de façon précise le sage dont nous connaissons le courage.


J'ai pris note du livre.



Bé@ 26/06/2011 11:29



Tu as eu raison parce qu'il fait partie des ouvrages essentiels (à mon avis). Je l'emporterais sur une île déserte. Il fait partie de ceux que l'on oublie jamais et qui apportent quelque chose en
plus du récit magnifique et historique.


A très bientôt et bon dimanche, Armide. J'espère que Pistol va mieux.



Obraska 25/06/2011 17:59



Bel article. Ce qui m'étonne c'est prétendre se souvenir de ses vies passées !


Dr WO



Bé@ 26/06/2011 11:27



Auriez-vous déjà tout oublié ?


Les vies passées ne sont pas forcément celles des autres !!!



Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.