Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Sep

Une brève histoire de l'hostie

Publié par Bé@  - Catégories :  #Divers

Le mot Hostie vient du latin Hostia, qui désignait la victime lors d'un sacrifice. Depuis la mort du Christ, les catholiques ont remplacé les sacrifices animaux rituels par une offrande divine à base de pain et de vin. On la nommait également oblation, du grec Obelias, qui désignait un petit pain long cuit entre deux fers et que l'on trempait dans du vin.

 

Initialement symbole de sacrifice, donc, l'hostie devint offrande, d'abord volontaire puis obligatoire depuis le 2ème Concile ou Synode (assemblée d'évêques) de Mâcon au VIe siècle. En 693, le 16ème Synode de Tolède décide que ce pain devra être préparé spécifiquement pour la messe et qu'on s'assurera de le fabriquer de petite taille. C'est vers le IXe siècle qu'il est fait à l'aide de plaques de fer où est enchassé, pendant sa cuisson, le petit pain à présent sans levain.

 

Le XIIe siècle voit se répandre le métier d'oublieur, ou obloyer, spécialité de celui qui cuit les hosties - ou oublies - à l'aide des fers, ce que n'étaient pas autorisés à faire les simples pâtissiers. Les oublies sont le nom que l'on donnait à une pâtisserie du Moyen Age, constituée de farine, d'eau, de lait (ou de vin blanc), aditionné d'oeufs et de sucre ou de miel. Cette petite galette était souvent ornée à la façon des bas-reliefs, les fers plats étant travaillés pour représenter des scènes très variées. Saint-Michel étant le patron des oublieurs, sa fête fut chômée dès 1485. Ce jour-là, les oublieurs défilaient, déguisés, dans les rues de Paris. Certaines galettes sablées ont aujourd'hui gardé le Saint patron comme signe de reconnaissance.

 

Dans la capitale, les marchands d'oublies -ou obloyers- étaient regroupés dans la rue du même nom, qui s'appelait, en 1480, rue de la licorne, du nom de la plus célèbre boutique d'oublies, "A la licorne". Ce n'est qu'au XVIe siècle, sous Charles IX, que les confréries d'oublieurs et de pâtissiers sont réunies en une seule.

 

Les hosties, qui symbolisent le corps du Christ, sont déposées dans une patène, petit plateau rituel souvent richement orné, puis distribué aux fidèles par l'officiant de la messe. Depuis la 2e moitié du XXe siècle, les fidèles sont autorisés à prendre l'hostie dans leur main avant de la porter à la bouche. Sans doute peut-on voir là un des résultats des préceptes chers à Pasteur qui font que tout le monde à présent a conscience de l'importance d'avoir les mains propres. 

 

patene

 

Ci-dessus : patène d'or, de serpentine et autres pierreries

Trésor de la basilique Saint-Denis (93) - IXe siècle

 

Le sacrement de l'eucharistie (action de grâce / louange - en grec "eucharisto" veut dire merci), est célébrée lors du repas juif et lors de la commémoration de la fuite en Egypte, à Pâques. Pour les chrétiens et plus particulièrement les catholiques, l'eucharistie est la célbration du sacrifice du corps et du sang de Jésus Crucifié ; elle est représentée par le pain, sous forme d'hosties de pain azyme, et par le vin (que ne partage le prètre que dans la cérémonie orthodoxe). A l'origine, seuls les évêques et les prêtres étaient habilités à distribuer l'eucharistie en fin de messe. Néanmoins, depuis quelques années, certains officiants laïcs y sont autorisés.

 

En France, depuis plusieurs décennies, ce sont des moniales contemplatives qui confectionnent les quelques 140 millions d'hosties annuelles dans 35 monastères, dont l'Abbaye Notre-Dame de Bon Secours (Blauvac, Vaucluse) ou encore Sainte-Marie de Maumont (Juignac, Charente). Mais en 2010, panique dans les monastères : Lourdes décide de se fournir à l'étranger. C'est que la concurrence est rude : les Italiens et surtout les Polonais cassent les prix ; il faut dire que chez eux, ce sont des laïcs qui les fabriquent. Il semblerait que seule la moitié de la production française provienne maintenant de nos monastères. Ces derniers, dont le "gagne pain" provient parfois preque exclusivement de la vente des hosties, ont alerté la Conférence épiscopale à ce sujet. Ils souhaitent également faire passer l'information par le biais du Cèdre, un groupement d'achat destiné aux établissements chrétiens. Les diocèses font du protectionnisme. La crise est passée par là. Crise de foi(e) ?

 osties-ital-fdnoir.jpg

 

Ah, j'oubliais : pour les intolérants, ou pire les allergiques au gluten, je suppose qu'il faudrait prendre contact avec un monastère-fabricant afin de voir s'ils pourraient en produire des sans gluten... Voyez avec votre paroisse.

 

Commenter cet article

Corinne 04/09/2013 22:55


Je me souviens petite de la galère de la communion, à l'époque on nous rabachait qu'il ne fallait surtout pas toucher l'hostie avec les dents, oh lala lorsqu'elle collait au palais !!! Je ne la
mange plus que colorée et par deux, contenant une poudre un peu sure et plus besoin d'aller à l'église, je trouve ces gourmandises que l'on appelle "soucoupes" dans les super
marchés 


Bisous

Bé@ 05/09/2013 11:40


Oh oui, ça collait au palais, je m'en souviens. Moi aussi je me suis tournée vers les soucoupes ; c'est une excellente alternative et bien meilleure pour le moral. Et puis, comme tu dis, plus
besoin d'aller à l'église (Mounic va être horrifiée, pardon Mounic). Je suis sûre que la messe aurait plus de succès s'ils faisaient des hosties colorées et rajeunissaient un peu les rituels. Tout
ça fait penser à une secte plutôt qu'à une religion, non ? Mais où est la différence, au fait ? Dans le nombre d'adeptes ? Dans l'ancienneté de la croyance ? Dans les méthodes de captation ?


mounic 04/09/2013 14:16


je reviens pour dire à ce mécréant de Biker qu'il ne perd rien pour attendre!!!!!Dieu reconnaitra les siens!!!! mais je lui fais quand même une bise! et à toi aussi! mémé

mounic 04/09/2013 14:15


les personnes allergiques au gluten communient au ciboire...Enfin, chez nous c'est comme ça! Mais j'ignorais beaucoup de choses que je viens de lire, grace à toi! un grand merci! que Dieu te
garde! bisous de mémé la dévote!

dany sailly 04/09/2013 10:43


http://isdaelceret.eklablog.com/ depuis ce matin j'ai changé de plate-forme   bises

biker06 03/09/2013 18:00


Hello Bea


Et bien moi à la place de ton hostie, je prends une bonne trappiste et je recite la priére du biker ...


Notre bière qui est en fut
Que ta mousse soit sanctifiée
Que ton verre vienne
Que ta distribution soit faite
Sur la table comme au bar
Donne nous aujourd'hui
Notre houblon quotidien
Pardonne nous nos gueules de bois
Comme nous pardonnons aussi
A ceux qui boivent du coca
Soumet nous a la tentation
Et délivre nous de la soif
car c'est a toi qu'appartiennent
Les bulles , l'arôme et la fraicheur
Pour les siècles des siècles
Amers


Chacun sa religion hein ! la mienne, c'est la déesse Harley Davidson lol !


bizz


pat

Bé@ 05/09/2013 11:46


Ah, Biker, je m'y attendais un peu mais j'adore. Sais-tu qui l'a écrit ?


Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.