Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Apr

A la poursuite du crocodile

Publié par Bé@

A la poursuite du crocodile

Petite visite à Nîmes, hier. Puisque j'avais accompagné Mathieu à sa Journée Défense et Citoyenneté qui avait lieu à Garons (10 km en descendant vers Arles) j'en ai profité pour flâner un peu dans la ville romaine.

 

Les armoiries de la ville sont partout. Elles montrent un crocodile enchaîné à un palmier, à l'origine couronné de lauriers et l'inscription "COL NEM". Cette représentation, que l'on a retrouvé sur des monnaies anciennes date de l'an 31 avant J.-C. Le 2 septembre, Jules César est assassiné et une guerre civile s'ensuit. La flotte de l'empereur Octave (César octavien, neveu et fils adoptif de Jules) se bat au Sud de Corfou (Grèce), près d'une île nommée Actium par les Romains. Il affronte Cléopâtre, à laquelle s'est allié Marc-Antoine. Face à une flotte romaine très maniable, Cléopâtre et Antoine s'enfuient et laissent donc la victoire à Octave, confirmant son hégémonie sur l'empire romain.

 

A la poursuite du crocodile

 

Pour fêter cette victoire, l'empire fait fondre une nouvelle monnaie. Le palmier symbolise l'Egypte de Cléopâtre et le crocodile enchaîné, la soumission du grand prédateur nord-africain. La couronne de laurier indique la victoire. Les inscriptions "COL NEM", ajoutées plus tard, sont les contractions de "Colonie de Nîmes" (Nîmes = Nemausis) et ont été frappées sur la monnaie locale de la colonie nîmoise, puisque Nîmes était alors romaine. Il est vraissemblable que le crocodile signifie également ici la population nîmoise sous le joug de la puissance romaine.

 

 

 

 

 

Pour comprendre l’origine des armoiries de la ville, il faut se transporter en Egypte. En l’an 31 avant J.-C., Octave défait à Actium la flotte d’Antoine et Cléopâtre et s’assure la mainmise sur l’Empire : César Auguste est né.

Sur une monnaie frappée à Nîmes pour célébrer l’événement, un crocodile enchaîné à un palmier couronné de lauriers symbolise l’Egypte vaincue. L’inscription “Col Nem”, colonie nîmoise, laisse penser que les légionnaires victorieux auraient reçu en gratification des terres nîmoises.

En fait, Nîmes ne serait qu’une simple fabrique de monnaie. Au fil des siècles, les Nîmois se sont pourtant attachés à ces pièces que l’on retrouvait partout. En 1535, ils obtiennent l’autorisation du roi François 1er d’adopter palmier et crocodile pour armes de la ville.

Depuis, les armoiries font la fierté des habitants. Redessinées en 1986 par Philippe Starck, elles sont omniprésentes dans la cité, jusqu’aux clous de bronze qui ponctuent les pavés de la vieille ville.

 

C'est en 1535 que les nîmois, fiers de leur histoire romaine, obtiennent de François 1er l'autorisation de prendre le palmier et son crocodile pour armes de la ville. Ces armoiries sont chéries par les nîmois et on en trouve tous les 10 mètres. En 1986, le designer Philippe Starck redessine les armes pour en faire un logo au visuel simplifié (la couronne de lauriers disparaît et les traits deviennent francs et géométriques), comme vous pouvez le voir sur la photo de tête d'article. Vous pouvez les retrouver sur des cloutages de pavés, les bornes, les fontaines, plaques d'égoûts, bases des réverbères, socles de statues... On en trouve aussi sur le sol du marché couvert, sur les grilles du parc et même sur les petits pâtés nîmois.

 

Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là
Les armes de Nîmes ici et là

Les armes de Nîmes ici et là

Commenter cet article

Archives

À propos

Loisirs, culture, santé, bien-être, arts, science, fun, quizz, cuisine, photos... Un joyeux melting pot perso.